Description

Berlingots & Muscadet, ce n'est pas le résumé d'un repas nantais, c'est ce qui fait connaitre Nantes et sa gastronomie.
C'est bien beau, mais il y a plus que ça à voir et gouter dans la ville.

Les bons restos, gargottes et autres boutiques pas toutes cachées mais pas toujours dans la lumière méritent (ou pas) qu'on s'y attarde.
Prenez votre panier, une serviette, c'est bien le minimum à faire, la route pour tout découvrir est longue.




vendredi 18 novembre 2011

J'Go, et j'y retournerai peut-être

Plan : Rue Clément, 75006 Paris, France
Deuxième étape de mon escapade parisienne.
On change de style, de bouffe, et de contexte.
Place au Sud-Ouest, celui des canards, des taureaux,  des surfeurs et des beuveries de village qu'on appelle bandas !

Quand on arrive devant, on ne sait pas trop à quoi J'go fait penser (pour celui au marché Saint Germain). Bar à vins ou restau à viande, on sait pas. Surtout que ce n'est vraiment ni l'un ni l'autre.


Alors on y fait quoi ?

On y mange, et plutôt bien. De la viande principalement, aux origines solides, les pattes dans le Béarn, et le museau dans le Quercy. Au menu, agneau, canard, poulet, ou porc noir de Bigorre.





Malgré ce petit filet de bave que vous rattrapez in extremis pour garder l'estime de vos compères Mangeurs de Yiande, vous vous étonnez vous aussi de ne pas voir de bœuf au menu. Ben oui, pourquoi ?
Sachant qu'il y a une rôtissoire en plus... ça serait un positionnement marketing que ça ne m'étonnerait guère, il reste des boeufs dans le sud-ouest après la saison des corridas ?

On commence donc par ... Une planche apéritive.
Rien de spécial ou d'extrêmement innovant à raconter, mais l'ensemble est vraiment bon, l'andouillette fumée, la terrine ferme, et la rillette a subi un coup d'évaporation à vous enrhumer un marin. Un bon point donc, on sait que la qualité est là.

Ensuite, pour moi, ça a été collier d'agneau, cuit plusieurs heures avec ses pitis légumes, le tout servi pour deux dans uneuh cocotteuh mes amis, on dirait qu'elle va chantéeuuh.
La portion est correcte mais elle ne finira pas un joueur de rugby d'avant sa bringue, non non non.
Par contre, c'est très gouté, assaisonné et la viande fond fond fond, ainsi fond fond... Ok Ok, ça va, laissez moi savourer !!!

Entamé que je suis par cet agneau au gout de reviens-y un peu voir papa, il a la fourchette qui démange,et aussi par le Madiran qui trainait ses tannins (et aussi sa jeunesse et son acreté en fin de bouche), je ne me laisse pas abattre, pour finir sur un pain perdu au caramel, qui déclenche l'alarme dite du "tu vas plus rentrer dans ton short, gros tas", bougrement efficace, mais étrangement silencieuse face à une carte alléchante...



Le dessert achève de se dire que ce coin est un bien beau coin, mais qu'en terme de portefeuille, ben ça se mérite. Compter 20-30 € pour le plat et 7-8 €pour le dessert.
Vins du sud-Ouest only, et il faut parfois lutter pour décrocher un sourire des serveuses. Mais il ne déçoit pas et elles sortent l'humour beaucoup plus que les griffes, alors vous savez ce qui vous reste à faire :)

Leur adresse : J'GO Paris Saint Germain, Rue Clément, 75006 Paris

Aucun commentaire:

Publier un commentaire