Description

Berlingots & Muscadet, ce n'est pas le résumé d'un repas nantais, c'est ce qui fait connaitre Nantes et sa gastronomie.
C'est bien beau, mais il y a plus que ça à voir et gouter dans la ville.

Les bons restos, gargottes et autres boutiques pas toutes cachées mais pas toujours dans la lumière méritent (ou pas) qu'on s'y attarde.
Prenez votre panier, une serviette, c'est bien le minimum à faire, la route pour tout découvrir est longue.




jeudi 16 août 2012

La Brasserie Félix-cité

Plan : 1 Rue Lefèvre Utile, 44000 Nantes, France
Le fait que je sois allé et retourné dans ce restaurant plusieurs fois en deux mois doit déjà être un signe pour vos yeux zigzagant de gauche à droite qu'il faut tester cet endroit dans ses beaux jours, avant que la foule des travailleurs plus ou moins laborieux ne vienne gâter le précieux moment de repos que vous vous y serez accordé.

 En retrait du boulevard Carnot, nichée tout contre l'Erdre et lovée sous le gris des bureaux qui l'enchâssent, cette brasserie tient son affaire depuis quelque temps déjà, et semble avoir trouvé son rythme de croisière en proposant des menus simples mais bien étagés, suffisamment travaillés pour ne pas faire cantine, et suffisamment abordables pour ne pas faire fuir.

Si ce nom de chat ne vous inspire rien, peut-être que cet article vous fera vous lécher les babines ?

La formule :

 Début par une review qui était tombée dans les oubliettes et les entrailles de ce blog aux multiples portes dérobées. Mû par l'envie subite d'une terrasse quand ce péteux de soleil daigne montrer ses miches à l'orée du printemps, on se rabat sur une espèce de voile rouge nantaise, qui n'a pas le lustre de celle de Saint-Raphaël ou autre bled totalement commun et m'as tu vu de la côte d'Azur, mais qu'elle est bien quand même.

Pour 14€, la formule vous ripoline l'estomac, sur une base fréquente de produits de la mer, comme ce sashimi de saumon au pesto, ou encore ce dos de lieu (noir) sur sa purée (jaune) maison.
L'ensemble est bon, sain, servi avec prestance et élégance, c'est toujours mieux de ne pas être surpris quand une arête tente de se faire la malle !





Hors formule, on peut profiter également d'un beau menu avec trois choix (plus suggestions du chef si vous êtes gentils), le menu Jules Verne. 16€ pour deux plats, 21€ pour les trois, avec la qualité des produits qu'on y retrouve, il y a de quoi devenir un régulier de la formule. Et je vous passe la carte, elle aussi plus forte sur les poissons que les viandes.

Les entrées :
Dans la lignée d'une cuisine bistrotière classique mais mais qui ne s'endort pas sur ses plats ni sur ses présentations, on peut trouver sans gêne (on aurait tort) le tartare de saumon et concombre à l'aneth ou la salade de l'Empereur (comprenez, César), rehaussée de lamelles de chorizo.


Les plats :
Du bon, su simple, mais souvent travaillé, c'est la marque de fabrique globale, et elle ne fléchit pas ici.
Le quasi de veau, fettuccini et morilles fend l'air de ses saveurs automnales, le cabillaud rôti, sa purée de légumes et tutti quanti en disent bien long pour un plat joliment présenté et joliment cuisiné (pour le joliment dégusté, ça ne tient qu'à vous).

On rajoute pour la forme, et parce que le poisson, c'est la spécialité, le thon rouge snacké à la plancha, encore une fois savoureux et à la présentation originale.
En définitive, on prend plaisir à ne pas chercher les associations de saveurs extravagantes, avec les aléas que cela peut aussi comporter quand une brasserie veut flamber au-dessus de son assiette.



Les desserts :
 Du très classique pour les desserts, mais quand il sont bien réussis, on en redemande.
Pour le premier, si j'avais mieux cadré le moelleux, je pense que j'aurais eu une nomination aux foodporn awards tellement le visuel et l'odeur (dur en photo, j'avoue :-/) faisaient saliver d'avance.
Au goût, pas de tromperie, c'est du lourd et seule l'envie de meurtre du chanceux qui soupire en prenant chaque cuillérée vient agrémenter le repas.

La tarte aux myrtilles fait plus pâle figure, bizarrement, mais elle reste à un bon niveau, surtout avec le délicieux sorbet citron jouant sur les saveurs de fin de repas.


Le brunch : 
Y étant allé également un dimanche, j'en profite pour vous présenter la formule brunch qui m'a le plus séduit récemment. Autant la précédente état bancale, et assez mal fagotée, avec un dessert arrivant après un plat unique composé de petits plats assez inégaux, autant celle-ci relève des bonnes trouvailles sans chercher à réinventer le concept.
On ouvre dans la nouveauté déjà avec trois huitres N°2, des oeufs bénédictine vraiment à tomber, c'était super bon, super beau, et l'accord avec le saumon n'étant plus à prouver, vraiment bien assorti.
Le muffin et la tarte aux abricots sont bien trouvés, ils ne paraissent pas du tout industriels, et le club sandwich également. L'ensemble donne une partition vraiment harmonieuse que le service prompt et discret ne dément pas.

Le prix du Brunch : 20€.
Tant qu'il reste des beau jours, un seul conseil, foncez sur leur terrasse, au calme et au soleil !




Un petit mot sur les vins, le léger bémol car ils sont relativement chers, ua verra comme à la bouteille. Mon Alzheimer précoce m'empêche de vous donner les crus, les années, le sol, la robe, l'aile ou la cuisse des vins, mais ils sont bons néanmoins. Vous devez être contents avec ça...

Terrasse sympathique, à l'abri des regards, des passants, des voitures et du soleil. Non, ce n'est pas une prison.


1 Rue Lefèvre Utile, 44000 Nantes, France

Tél : 02.40.34.15.93

Ouverture : Tlj, midi et soir 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire