Description

Berlingots & Muscadet, ce n'est pas le résumé d'un repas nantais, c'est ce qui fait connaitre Nantes et sa gastronomie.
C'est bien beau, mais il y a plus que ça à voir et gouter dans la ville.

Les bons restos, gargottes et autres boutiques pas toutes cachées mais pas toujours dans la lumière méritent (ou pas) qu'on s'y attarde.
Prenez votre panier, une serviette, c'est bien le minimum à faire, la route pour tout découvrir est longue.




mercredi 11 juillet 2012

le Petit Bacchus, un cru assez bouchonné

Plan : 5 Rue Beauregard, 44000 Nantes, France
On trouve encore dans Nantes plusieurs appartements voire des immeubles complets défiant les lois de la gravité à force de se blottir dans les anciens bras de Loire.
Le petit Bacchus en fait partie, et la seconde impression qu'on en a une fois arrivé en haut est que ce bateau a sacrément de gîte. La première impression, alors ?
C'est qu'il faut être sacrément endurant pour enchainer les escaliers et salles en enfilade  que contient ce restaurant, sans doute le plus biscornu de la ville, mais pas le moins apprécié, plein qu'il était un soir de la semaine dernière.
Certains diront que ça fait son charme, d'autres que c'est un bazar sans nom. La vérité du repas tranchera. Dans le vif.
 

Qu'est-ce qu'on y mange ?
De la cuisine française pure souche, sans prise de risque. On navigue allègrement entre des menus aux tarifs similaires.
Le soir, menu à 16,50€, 19,50€ et 25,50€. Comptez dix minutes de choix pour se décider entre les 5 entrées et plats indiqués sur chaque menu, et la carte des desserts d'une bonne dizaine de solutions. ça reste donc relativement peu onéreux pour un soir, et le cadre est typique, respire la maison bien tenue.
C'est déjà un bon point.
On y trouve pêle-mêle des plats typiques de bistrots, des viandes et poissons en sauce, un peu de classique à la couleur locale, comme la nage de moules et pétoncles, la brick de curé nantais au lard et dans l'ensemble, une cuisine du terroir, avec une pointe d'accent du sud-ouest.

Chacun y trouvera normalement à son gout, on l'a dit, le choix est assez pléthorique si on cumule les menus.


Salade de gésiers et magrets fumés
Saumon en trois versions

Comment est le service ?
Éprouvant. On le voit, les serveurs courent, chauffent, suent sang et eau, se démènent pour aller et venir dans ce dédale. Et on le comprend.
Pour un soir de semaine, la cadence des plats était incroyablement longue. Peut-être que beaucoup de gens sont arrivés en même temps, mais c'est vraiment anormal d'arriver à 21h15 et de commencer à manger à 22h30. On aurait dû partir, comme le groupe situé à côté de nous pile quand leurs plats montaient. Quand tu allais, on revenait, fils !
Grosse déception, peut-être celle d'un soir mais ce n'est pas ma première visite et ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de mésaventures, dans des proportions moindres. Et si on réduisait le nombre de couverts plutôt que de faire du chiffre à tout va ?

Seul point positif : les serveurs, conscients de la situation faisaient contre mauvaise fortune bon cœur et n'en perdaient pas leur amabilité, ce qui est tout à leur honneur dans ces conditions.

Saumon rôti en coque de sésame

Dos de cabillaud rôti

Faux-Filet

Pavé de bœuf grillé

Aile de raie pochée

Et les plats ?
La première impression, c'est que la présentation est très standard, et très "riche". Un peu comme les assiettes, du reste. On trouve de tout, une mini-cassolette y croise une purée un peu sèche sur les bords et les photos montrent bien que trop d'accompagnements viennent se greffer sur le plat principal.
le plat, qui lui-même se débat dans la sauce, et qui tente de survivre face aux herbes éparses, ça fait vraiment too much.
Dans l'ensemble, au goût, les choses se tiennent tant bien que mal. Je n'ai pas apprécié la purée, fade et lisse. Les pommes de terre se la jouent caution bistro, et c'est dommage car la ratatouille de légumes est beaucoup plus convaincante. Faire simple, c'est parfois la chose la plus difficile qui soit.

Les desserts subissent les mêmes assauts de présentation aussi farfelus qu’exubérants. La quantité est là, la qualité passe la moyenne de justesse, la décoration, elle me laisse totalement froid.

Crumble pommes - fruits rouges

Moelleux fondant

Mascarpone Tiramisu

Au bout du bout du bout du bout du compte (je vous l'ai dit que c'était très long ?)
L'endroit a l'avantage de ses inconvénients. Pour un groupe à l'improviste, ça peut marcher certains soirs, le lieu est vaste. ça permet aussi de satisfaire un grand nombre avec un choix que je juge beaucoup trop pléthorique parmi les plats, peut-être réalisés maison, mais il est permis d'en douter.

L'attente est presque érigée en marque de fabrique, et si les plats ne sont pas mauvais en soit, la présentation laisse à désirer, fait fouillis et les multiples ingrédients n'y aident pas. Je suis partisan du dogme : "le gras c'est la vie", mais bon, avec la sauce, c'est parfois la noyade...
C'est assez rare, j'ai été déçu en sortant du restaurant par la qualité globale des produits, cet aspect fourre-tout qui vise à contenter tout le monde, à assimiler du terroir en veux-tu en voilà, ma cocotte (de légumes).
Clairement, je ne pense pas y retourner, m'étant fait une idée assez claire de l'endroit. Je souhaite aux convives pourtant nombreux d'avoir passé un meilleur moment que nous.

En pratique 

5 rue Beauregard . 44000 Nantes
Tel : 02 40 35 31 17‎ 

Ouverture : tout le temps ou presque, jusqu'à tard (forcément)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire